COTTON (J.)


COTTON (J.)
COTTON (J.)

COTTON JOHN (1584-1652)

Le pasteur puritain qui allait devenir la plus grande figure de «la Plantation du Seigneur» en Nouvelle-Angleterre est né en 1584. Le mouvement qui milite pour que l’Église d’Angleterre extirpe d’elle-même les «reliques du papisme» et tout ce qui subsiste dans les églises du royaume de la liturgie romaine traverse une période noire: la reine Élisabeth, afin de réduire à la discipline les prédicateurs d’obédience puritaine qui ne se «conforment» pas aux règles prescrites par l’Acte d’uniformité (1559), vient de nommer comme primat à l’archevêché de Canterbury leur vieil ennemi John Whitgift. La faction puritaine se replie sur ses bastions universitaires, notamment Cambridge, où sous la houlette de William Perkins on voit apparaître une nouvelle école de théologie qui jettera les bases théoriques de la future «expérience» puritaine dans le Nouveau Monde. La réputation de William Perkins est à son apogée lorsque John Cotton, âgé de treize ans, arrive à Trinity College, en 1697. Ce n’est toutefois qu’un peu plus tard qu’il aura l’expérience de «conversion» qui inaugurera sa carrière spirituelle. Il est alors passé à Emmanuel College, forteresse du puritanisme, où il reste neuf ans comme fellow avant d’être ordonné et de devenir, en 1611, vicaire de St. Botolph, à Boston, dans le Lincolnshire. Pendant vingt ans il va réussir à y maintenir une pratique puritaine et à échapper à la répression qui frappe la plupart de ses collègues. En mars 1630, il fait le voyage de Southampton pour prêcher le sermon d’adieu, God’s Promise to His Plantation , à la flottille de John Winthrop qui part «planter» une colonie sur le rivage de la baie du Massachusetts.

Depuis 1625, cependant, l’offensive épiscopale que mène William Laud contre les dissidents ne cesse de prendre de l’envergure. Lorsque John Cotton apprend, en 1632, qu’il va être convoqué devant la Haute Cour, il prend le maquis et se cache à Londres. Thomas Hooker, qui revient du continent, le convainc de partir vers l’Amérique: les deux plus grands noms de la prédication puritaine du temps s’embarquent un matin de juin 1633 à bord du Griffin et arrivent à Boston en septembre. Thomas Hooker devient pasteur de Newton (rebaptisé Cambridge après qu’on y eut fondé l’université Harvard en 1636). À John Cotton revient la prestigieuse chaire de l’église de Boston. Il a quarante-sept ans, et l’immense notoriété qu’il s’est acquise dans les milieux puritains du Vieux Monde l’amène à jouer un rôle de premier plan dans la colonie. Il s’inquiète de la dérive de l’église de Salem vers une position «séparatiste», surtout après l’arrivée de Roger Williams: la controverse entre les deux hommes atteint une violence que tempère à peine le respect qu’ils se portent. Sur ces entrefaits, Mrs. Anne Hutchinson, une des ouailles de John Cotton à St. Botolph’s, et qui comme beaucoup, l’a suivi dans le Nouveau Monde, est à l’origine d’une tourmente qui secoue la jeune colonie lorsqu’elle se met à accuser les pasteurs de Nouvelle-Angleterre, à l’exception du seul John Cotton, de prêcher qu’on peut acquérir le salut par ses œuvres, alors qu’il ne saurait venir que de la grâce gratuite du Seigneur. Les magistrats de la colonie, conscients du germe de dissidence civile que contient implicitement cette position «antinomienne», traduisent Anne Hutchinson devant leur tribunal et la condamnent à l’exil (1637). John Cotton a la présence d’esprit de se démarquer, avant qu’il ne soit trop tard, de sa turbulente paroissienne: il rentre au bercail orthodoxe. Il s’emploie à définir ce que doit être une «église» conforme aux décrets du Seigneur tels qu’Il les a édictés dans Ses Écritures: le modèle «congrégationaliste» d’organisation ecclésiale propre à la Nouvelle-Angleterre (The New England Way ). Lorsque la révolution éclate en Angleterre, les Indépendants s’intéressent beaucoup à cette expérience d’outre-mer qui peut leur servir d’argument contre le parti presbytérien. En 1642 John Cotton, avec Thomas Hooker et John Davenport, est invité à participer à l’Assemblée de Westminster. Il ne peut s’y rendre, mais rédige deux traités, The Keys of the Kingdom of Heaven (1644) et The Way of Congregational Churches Cleared (1648) dont les vues sont incorporées à la Cambridge Platform de 1648, véritable constitution ecclésiale de la Nouvelle-Angleterre et résumé du projet de ses fondateurs.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cotton — Cot ton (k[o^]t t n), n. [F. coton, Sp. algodon the cotton plant and its wool, coton printed cotton, cloth, fr. Ar. qutun, alqutun, cotton wool. Cf. {Acton}, {Hacqueton}.] 1. A soft, downy substance, resembling fine wool, consisting of the… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Cotton — ist der Familienname folgender Personen: Aimé Cotton (1869–1951), französischer Physiker Annie Cotton (* 1975), kanadische Sängerin und Schauspielerin Antony Cotton (* 1975), britischer Schauspieler Aylett R. Cotton (1826–1912), US amerikanischer …   Deutsch Wikipedia

  • Cotton On — Group Type Privately owned Industry Fashion Founded Geelong, Australia Headquarters Geelong, Australia Key people Nigel Austin …   Wikipedia

  • COTTON (A. A.) — COTTON AIMÉ AUGUSTE (1869 1951) Né à Bourg en Bresse, élève à l’École normale supérieure de 1890 à 1893, Aimé Auguste Cotton y enseigna de 1900 à 1922, après avoir été professeur à la faculté des sciences de Toulouse de 1895 à 1900. De 1920 à… …   Encyclopédie Universelle

  • cotton — [kät′ n] n. [ME cotoun < OFr coton < (? via It cotone) Ar quṭun < ? Egypt] 1. the soft, white seed hairs filling the seedpods of various shrubby plants (genus Gossypium) of the mallow family, originally native to the tropics 2. a plant… …   English World dictionary

  • cotton to — ˈcotton to [transitive] [present tense I/you/we/they cotton to he/she/it cottons to present participle cottoning to past tense cottoned to p …   Useful english dictionary

  • COTTON — COTTON, plant mentioned under the name karpas (derived from the Sanskrit karpasa) in the Book of Esther (1:6) in the description of the magnificent ornamentation of Ahasuerus palace. In the Mishnah cotton is called ẓemer gefen ( vine wool ) as… …   Encyclopedia of Judaism

  • Cotton — Cotton, Robert Bruce * * * (as used in expressions) Cotton Belt Cotton Club Cotton, John Cotton, sir Robert Bruce King Cotton Mather, Cotton …   Enciclopedia Universal

  • Cotton — Cot ton, v. i. 1. To rise with a regular nap, as cloth does. [Obs.] [1913 Webster] It cottons well; it can not choose but bear A pretty nap. Family of Love. [1913 Webster] 2. To go on prosperously; to succeed. [Obs.] [1913 Webster] New,… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • cotton — ● cotton nom masculin (de W. Cotton, nom propre) Métier rectiligne qui tricote simultanément plusieurs panneaux avec augmentations et diminutions. Cotton (Aimé) (1869 1951) physicien français, spécialiste d électromagnétisme …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.